Assurance courtiers des motards

Assurance mutuelle des motards

Un gros besoin de liberté ? La Mutuelle assure vos passions, du scooter au dragster.

Les experts c'est par ici ! La Mutuelle ne plaisante pas avec les garanties.

fille a moto

Si votre moto est volée ?

La Mutuelle des Motards garantit :

  • Le vol de votre véhicule
  • Les dommages subis par votre véhicule résultant d’une tentative de vol
  • Les dommages constatés suite à la découverte de votre véhicule volé
Gratuit et sans engagement

Et mes optiques DE Phares ...

La garantie Bris de glaces est intégrée aux formules Vol et Tous risques.

Gratuit et sans engagement

Vous serez remboursez sans franchise des dommages par suite des bris de glaces suivants :

• pare-brise et bulle de carénage 

• optiques de phares 

• glaces arrières et latérales des side-cars.

moto fille

C'est quoi l'option Indemnisation en Valeur d’Achat ?

Vous bénéficierez d’un remboursement du deux-roues à sa valeur d’achat :

  • jusqu’aux 12 mois révolus du véhicule, en cas de Vol.
  • jusqu’aux 36 mois révolus du véhicule en cas de destruction totale.
Gratuit et sans engagement

Et en cas de collision

La garantie Dommages Tous Accidents (DTA) vous remboursera des dommages subis par votre véhicule.

Gratuit et sans engagement
collision moto

Les questions fréquentes sur l'assurance mutuelle des motards ?

Vous pouvez contacter la Mutuelle des motards : 

  • Par téléphone : 04 67 50 67 50

ou demander à être rappelé

Vous pouvez consulter un classement des meilleures assurances moto sur index-assurance.fr.

 

L’assurance moto pas chère est l’assurance au tiers.

L’assurance au tiers intermédiaire permet de bénéficier de la garantie responsabilité civile, mais aussi de garanties complémentaires (vol, incendie, bris de glace selon vos besoins). L’assurance moto tous risques, quant à elle, est la plus complète.

Le prix de l’assurance moto va fortement varier selon différents critères. La compagnie d’assurance moto assure un risque qu’elle doit évaluer. Voici ce qu’elle va prendre en considération :

  • la nature des garanties ;
  • le type de moto ;
  • l’âge et le kilométrage ;
  • l’utilisation de votre moto (loisirs ou trajet domicile-travail) ;
  • votre lieu d’habitation et le lieu de stationnement ;
  • votre profil (conducteur malussé ou non).

Aujourd’hui, une assurance moto au tiers peut coûter entre 200 et 300 €. Ensuite, plus les garanties seront nombreuses, plus votre moto sera neuve et plus vous aurez eu d’accidents, plus le prix sera élevé. Pour autant, il est encore possible de trouver une assurance moto pas chère en comparant.

Également appelée « Pay as you drive» (PAYD), l’assurance moto au kilomètre est une formule évolutive qui permet aux conducteurs de ne payer que les kilomètres parcourus au cours de l’année. Une alternative économique, spécialement conçue pour les petits rouleurs.

En dessous de 10 000 km par an

Issues des pays anglo-saxons, les offres d’assurance au kilomètre sont à ce jour proposées par la plupart des assureurs moto. Au lieu de verser une cotisation annuelle, l’assuré paye une somme variable en fonction de la distance parcourue chaque année. On estime ainsi que les formules « PAYD » sont très intéressantes pour les motards effectuant moins de 10 000 km par an.

Si l’assurance au kilomètre constitue un mode de facturation particulier, les niveaux de garantie restent quant à eux les mêmes que pour un contrat d’assurance deux-roues classique. L’assuré choisit selon ses besoins entre une formule d’assurance moto « au tiers », « intermédiaire » (vol et incendie) ou « tous risques » et précise par la suite à son assureur son souhait de profiter des avantages du « paye as you drive ». Deux types de tarification peuvent alors être proposées :

  • Un forfait mensuel que s’engage à respecter l’assuré (sous peine de voir le montant de sa prime s’envoler) ;
  • Une tarification au km sur-mesure calculée en fonction du profil du conducteur.
 

Ni les 50 cm3 ni les cyclomoteurs ne peuvent prétendre à l’assurance au kilomètre. En revanche, nombreux sont les assureurs qui appliquent cette garantie aux quads et aux scooters de plus de 125 cm3.

Les assureurs considèrent généralement comme conducteur novice tous les motards :

  • Ayant le permis moto depuis moins de 3 ans
  • N’ayant jamais été assurés, indépendamment de la date à laquelle ils ont passé le permis et de leur expérience au guidon

Bien entendu, un motard contraint de repasser le permis après l’avoir perdu repart aussi de zéro en tant qu’assuré moto et redevient par conséquent un jeune conducteur.

En tant que jeune pilote, votre manque d’expérience au guidon est considéré par tous les assureurs comme une aggravation du risque à assurer, c’est pourquoi une surprime vous sera inévitablement appliquée comme le stipule l’article A.335-9-1 du Code des Assurances.

Fort heureusement, la surprime jeune conducteur de l’assurance moto est limitée à 100 % de la prime de base et baisse ensuite si vous n’êtes pas responsable d’un sinistre :

  • 50% maximum au terme de la deuxième année d’assurance moto
  • 25% maximum la troisième année
  • Suppression à partir de la quatrième année.
 

Quelles garanties choisir pour un jeune conducteur ?

Etre un motard novice ne signifie pas pour autant que vous deviez faire l’impasse sur la personnalisation de votre assurance moto en fonction de vos habitudes de conduite et de vos besoins.

Si on recommande généralement aux jeunes conducteurs de souscrire une assurance moto au tiers pour payer moins cher, cette formule étant la moins chère du marché, sachez qu’elle ne couvre que les dégâts corporels et matériels que vous pourriez occasionner à autrui lors d’un sinistre responsable. Vos propres dommages ne seraient pas couverts, ce qui est assez problématique quand on connait les risques de chute à moto, en particulier lorsque l’on est en phase d’apprentissage.

Pour bénéficier d’une prise en charge plus large, vous pouvez donc opter pour une assurance moto intermédiaire adaptée à votre deux-roues et à vos habitudes de conduite. Il s’agit d’une assurance responsabilité civile renforcée de quelques garanties complémentaires (généralement une garantie vol et incendie) que vous pouvez encore personnaliser avec des options sur-mesure selon vos besoins.

Si on recommande généralement aux jeunes conducteurs de souscrire une assurance moto au tiers pour payer moins cher, cette formule étant la moins chère du marché, sachez qu’elle ne couvre que les dégâts corporels et matériels que vous pourriez occasionner à autrui lors d’un sinistre responsable.

Les assureurs considèrent généralement comme conducteur novice tous les motards :

  • Ayant le permis moto depuis moins de 3 ans
  • N’ayant jamais été assurés, indépendamment de la date à laquelle ils ont passé le permis et de leur expérience au guidon

Bien entendu, un motard contraint de repasser le permis après l’avoir perdu repart aussi de zéro en tant qu’assuré moto et redevient par conséquent un jeune conducteur.

En tant que jeune pilote, votre manque d’expérience au guidon est considéré par tous les assureurs comme une aggravation du risque à assurer, c’est pourquoi une surprime vous sera inévitablement appliquée comme le stipule l’article A.335-9-1 du Code des Assurances.

Fort heureusement, la surprime jeune conducteur de l’assurance moto est limitée à 100 % de la prime de base et baisse ensuite si vous n’êtes pas responsable d’un sinistre :

  • 50% maximum au terme de la deuxième année d’assurance moto
  • 25% maximum la troisième année
  • Suppression à partir de la quatrième année

Comment payer moins cher votre assurance moto jeune conducteur ?

Vous l’aurez compris, à condition égales, un jeune permis paiera son assurance moto plus cher qu’un motard lambda. Mais rassurez-vous, les astuces pour faire baisser le montant de votre prime d’assurance moto jeune conducteur ne manquent pas.

En voici quelques-unes :

  • Préférez une moto d’occasion, de faible valeur et plutôt de faible cylindrée
  • Protégez votre deux-roues comme il se doit (antivol, box fermé, etc.)
  • Inscrivez-vous comme conducteur secondaire sur le contrat d’assurance moto de vos parents. Si l’assureur a tout à fait le droit de refuser, il peut aussi accepter moyennant une petite majoration
  • Choisissez une assurance moto au tiers ou au kilomètre, parfaitement adaptées à certains profils, notamment les jeunes conducteurs, car moins chère.
 

Jeune conducteur : quelle moto choisir ?

Vous l’aurez compris l’une des meilleures façons d’économiser sur votre assurance moto jeune conducteur est de choisir avec soin votre première moto.

En effet, comme vous le savez sans doute, pour calculer le prix de votre assurance moto, les assureurs se basent sur deux critères de tarification principaux :

  • Les caractéristiques liées à votre profil, auxquelles vous ne pouvez rien faire quand vous êtes jeune conducteur
  • Les caractéristiques liées à votre deux-roues : marque, modèle, série, cylindrée, date d’achat, type de véhicule (neuf, occasion, leasing), etc.

C’est pourquoi on conseil en général aux jeunes permis deux-roues de ne pas choisir une première moto trop chère ou trop puissante, qu’il s’agisse d’une moto neuve, d’une moto de grosse cylindrée (considérée comme plus dangereuse entre les mains d’un conducteur inexpérimenté) ou d’une moto luxueuse.

Sachez d’ailleurs que certains assureurs refusent d’assurer une moto sportive si vous avez moins de 25 ans quand d’autres ne veulent pas couvrir une moto d’une puissance supérieure à 34 ch ou lourde de plus de 156 kilos si vous avez moins de 21 ans ou de 2 ans de permis.

De toute façon, dites-vous qu’il est préférable de vous faire la main avec une moto que vous n’aurez pas peur de bousculer un peu le temps d’acquérir de l’expérience au guidon. Surtout que les motos neuves perdent très vite de la valeur et sont plus chères à assurer.

En effet, jeune permis ou pas, quand vous achetez une moto neuve ou de forte valeur, il est préférable de souscrire une assurance moto tous risques susceptibles de prendre en charge tous les dommages matériels que votre bolide pourrait subir. Malheureusement, s’agissant de l’assurance moto la plus coûteuse, ce n’est pas vraiment la meilleure façon de faire des économies quand on doit en plus déjà supporter le poids d’une surprime jeune motard.

C’est pourquoi une moto d’occasion pas chère de faible cylindrée sera moins coûteuse à assurer ainsi qu’à entretenir et à réparer. Cerise sur le gâteau, vous serez en plus moins stressé lors de vos premières sorties en solo au guidon.

L’assurance la plus connue nous l’avons! C’est l’assurance mutuelle des motards. 

Vous pouvez lire ici comment bien choisir son assurance moto.

Assurer sa moto dès le premier jour de son utilisation est obligatoire. Quels documents sont à fournir à l’assurance en priorité pour établir un contrat en bonne et due forme ? Voici une liste des justificatifs à produire pour votre assurance moto.

Pour assurer une mobylette, un scooter ou une moto, les assureurs demandent d’abord, en général, de remplir un formulaire précisant :

  • le type de contrat choisi,
  • les éléments nécessaires à l’identification du souscripteur.

Parmi les papiers requis :

  • Une photocopie de la carte grise, qu’elle soit définitive ou provisoire, est indispensable pour identifier le véhicule. Si vous vous posez la question « comment assurer un scooter sans carte grise ? », sachez que depuis le 1er janvier 2011 tous les cyclomoteurs doivent être immatriculés (la carte grise en faisant foi). Cette disposition légale concerne tous les cyclomoteurs, neufs ou d’occasion, quelle que soit leur date de fabrication.
  • Le souscripteur doit également apporter la preuve que le véhicule qu’il assure lui appartient bien. Si la moto est un véhicule d’occasion, il faut produire une copie du certificat de cession du véhicule, signé par l’ancien propriétaire le jour de la vente.
  • La copie du permis de conduire est également obligatoire pour vérifier que le conducteur dispose d’une autorisation effective appropriée à la catégorie du véhicule à assurer.
  • Pour déterminer le niveau de cotisation, l’assureur aura besoin de la copie des « relevés d’informations » établis par les assurances moto et auto souscrites antérieurement, mentionnant votre taux de bonus/malus. On pourra vous demander de signer une attestation sur l’honneur indiquant que ces relevés d’informations reflètent fidèlement la situation. Ce document pourra être assorti d’un questionnaire précisant les éventuels sinistres occasionnés par le souscripteur.
  • Si vous souhaitez payer votre cotisation par prélèvement, un relevé d’identité bancaire ou postal sera aussi nécessaire.

Obtenir son attestation d’assurance moto

Qu’est-ce qu’une attestation d’assurance moto ?

Pour être autorisé à circuler en deux-roues motorisé, vous devez prouver que vous êtes correctement assuré. En deux-roues, vous devez au minimum être assuré au tiers. C’est ce que permet de prouver une attestation d’assurance moto.

En fonction du type de deux-roues que vous utilisez, ce document peut également s’intituler « attestation d’assurance cyclomoteur » ou encore « attestation d’assurance scooter ». L’attestation d’assurance moto s’accompagne d’un second document obligatoire : le certificat d’assurance moto. Ou certificat d’assurance scooter, si vous roulez en scooter.

Également appelé « carte verte », ce certificat est la vignette verte que vous devrez présenter lors d’un contrôle des forces de l’ordre.

Sous quels délais reçoit-on son attestation et son certificat d’assurance moto ?

À la souscription de votre contrat, votre assureur est tenu par la loi de vous envoyer ces documents dans un délai de 15 jours maximum. Ça, c’est ce que dit la loi. Heureusement, la grande majorité des assureurs vous font parvenir très rapidement vos certificat et attestation d’assurance moto.

Où les ranger ?

Votre attestation d’assurance moto, attestation d’assurance scooter, ou cyclo… doit être avec vous lorsque vous roulez. Rangez-la dans votre portefeuille, dans une poche qui ferme d’un vêtement qui la protège des intempéries. Si votre deux-roues est équipé d’un top case, cela peut également être une bonne solution.

De son côté, le certificat d’assurance moto, la fameuse vignette d’assurance auto verte, doit être visible sur le véhicule lors d’un contrôle. Même en stationnement lorsque vous êtes absent. En fonction du type de deux-roues que vous possédez, elle doit être apposée, dans sa protection plastique, à l’avant du véhicule : soit sur la fourche, soit sur la bulle, soit sur le carénage si les deux premières options sont impossibles.

Pour assurer une mobylette, un scooter ou une moto, les assureurs demandent d’abord, en général, de remplir un formulaire précisant :

  • le type de contrat choisi,
  • les éléments nécessaires à l’identification du souscripteur.

Parmi les papiers requis :

  • Une photocopie de la carte grise, qu’elle soit définitive ou provisoire, est indispensable pour identifier le véhicule. Si vous vous posez la question « comment assurer un scooter sans carte grise ? », sachez que depuis le 1er janvier 2011 tous les cyclomoteurs doivent être immatriculés (la carte grise en faisant foi). Cette disposition légale concerne tous les cyclomoteurs, neufs ou d’occasion, quelle que soit leur date de fabrication.
  • Le souscripteur doit également apporter la preuve que le véhicule qu’il assure lui appartient bien. Si la moto est un véhicule d’occasion, il faut produire une copie du certificat de cession du véhicule, signé par l’ancien propriétaire le jour de la vente. 
  • La copie du permis de conduire est également obligatoire pour vérifier que le conducteur dispose d’une autorisation effective appropriée à la catégorie du véhicule à assurer.
  • Pour déterminer le niveau de cotisation, l’assureur aura besoin de la copie des « relevés d’informations » établis par les assurances moto et auto souscrites antérieurement, mentionnant votre taux de bonus/malus. On pourra vous demander de signer une attestation sur l’honneur indiquant que ces relevés d’informations reflètent fidèlement la situation. Ce document pourra être assorti d’un questionnaire précisant les éventuels sinistres occasionnés par le souscripteur.
  • Si vous souhaitez payer votre cotisation par prélèvement, un relevé d’identité bancaire ou postal sera aussi nécessaire.

Pour assurer une mobylette, un scooter ou une moto, les assureurs demandent d’abord, en général, de remplir un formulaire précisant :

  • le type de contrat choisi,
  • les éléments nécessaires à l’identification du souscripteur.

Parmi les papiers requis :

  • Une photocopie de la carte grise, qu’elle soit définitive ou provisoire, est indispensable pour identifier le véhicule. Si vous vous posez la question « comment assurer un scooter sans carte grise ? », sachez que depuis le 1er janvier 2011 tous les cyclomoteurs doivent être immatriculés (la carte grise en faisant foi). Cette disposition légale concerne tous les cyclomoteurs, neufs ou d’occasion, quelle que soit leur date de fabrication.
  • Le souscripteur doit également apporter la preuve que le véhicule qu’il assure lui appartient bien. Si la moto est un véhicule d’occasion, il faut produire une copie du certificat de cession du véhicule, signé par l’ancien propriétaire le jour de la vente. 
  • La copie du permis de conduire est également obligatoire pour vérifier que le conducteur dispose d’une autorisation effective appropriée à la catégorie du véhicule à assurer.
  • Pour déterminer le niveau de cotisation, l’assureur aura besoin de la copie des « relevés d’informations » établis par les assurances moto et auto souscrites antérieurement, mentionnant votre taux de bonus/malus. On pourra vous demander de signer une attestation sur l’honneur indiquant que ces relevés d’informations reflètent fidèlement la situation. Ce document pourra être assorti d’un questionnaire précisant les éventuels sinistres occasionnés par le souscripteur.
  • Si vous souhaitez payer votre cotisation par prélèvement, un relevé d’identité bancaire ou postal sera aussi nécessaire.
D’après la loi française, comme tous les véhicules terrestres à moteur, les deux-roues125 cm3 doivent obligatoirement être assurés. La couverture minimum est l’assurance« au tiers », également appelée assurance « responsabilité civile ».

Quels sont les tarifs d’assurance moto 125 cc ?

Les critères qui font varier le prix

La nature des deux-roues 125 cm3 est perçue par les assureurs comme « à risque ». La fréquence des accidents et des vols est plus forte que sur les autres cylindrées, d’où des primes d’assurance plus élevées que la moyenne. D’autant plus que dans le cadre des motos 125 cc, il est possible de conduire un deux-roues dès l’âge de 16 ans avec un permis A1, d’où un prix plus élevé.
Les antécédents de conduite jouent également un rôle dans la tarification d’une assurance auto. Le bonus/malus d’un motard rentre ici en ligne de compte. De la même manière, une suspension ou une annulation de permis et des éventuels délits routiers interviennent également dans le calcul du tarif.
Enfin, les primes d’assurance moto 125 cm3 dépendent de la couverture choisie par le conducteur. En effet, une formule « au tiers » est moins protectrice mais moins chère que les autres formules, puisqu’elle ne couvre pas le conducteur et sa moto. Face aux aléas, l’assuré devra choisir des garanties complémentaires afin de bénéficier d’une meilleure prise en charge en cas de sinistre. Logiquement, ces garanties supplémentaires vont venir augmenter le montant des primes sur le devis d’assurance auto. La couverture « tous risques » est donc la plus chère puisqu’elle est la plus complète pour protéger un deux-roues et son conducteur.

Prix d’une assurance moto 125 cc

Les prix moyens pour assurer sa moto 125 cc varient sensiblement. Voici un tableau qui résume les prix possibles :
ASSURANCE MOTO 125 CCPRIX MINIMUM (€/MOIS)PRIX MAXIMUM (€/MOIS)
Formule au tiers21€38€
Formule intermédiaire25€41€
Formule tous risques32€47€

Quelles sont les garanties du contrat d’assurance moto 125 cc ?

La garantie au tiers

D’après la loi française, comme tous les véhicules terrestres à moteur, les deux-roues 125 cm3 doivent obligatoirement être assurés. La couverture minimum est l’assurance aux tiers, également appelée assurance « responsabilité civile ». Elle protège des dommages physiques et matériels causés aux tiers par la faute du conducteur du deux-roues ou d’un de ses passagers.

La garantie intermédiaire

La formule intermédiaire protège davantage que la formule au tiers. En effet, elle comprend la garantie responsabilité civile, complétée par des garanties supplémentaires proposées en fonction des besoins des motards. Par exemple, il est possible de choisir des garanties vol et incendie, bris de glace, ou encore assistance.

La garantie tous risques

Enfin, la couverture la plus complète est l’assurance moto tous risques. Elle comprend la garantie responsabilité civile, la formule intermédiaire mais aussi d’autres garanties propres. Par exemple, la garantie personnelle du conducteur y est comprise. Cette formule permet d’être couvert pour tous les accidents, responsables et non responsables.

Les garanties optionnelles

A ces trois formules, des garanties optionnelles et facultatives peuvent être ajoutées. L’objectif est ici de bénéficier d’une couverture optimale. On y retrouve notamment les garanties relatives aux équipements, pour être indemniser en cas de détérioration du casque moto ou de la veste de protection par exemple, l’assistance 0km ou encore catastrophes naturelles.

L’assurance moto est à prendre en compte avant même d’acheter une moto d’occasion. Êtes-vous bien couvert pour essayer l’engin souhaité ? Si l’assurance du vendeur vous couvre théoriquement le jour de l’achat, elle ne marchera pas en cas de clause « conducteur exclusif ». Et une fois la moto achetée, comment bien l’assurer ? Toutes les réponses dans ce guide-conseil.

AVANT L’ACHAT : LES ESSAIS D’UN 2 ROUES D’OCCASION ET L’ASSURANCE MOTO

La petite annonce promet et vous allez essayer une moto d’occasion. Avant de la tester, vérifiez que l’assurance moto du vendeur prévoit le prêt de guidon. Ce n’est pas un détail, car pour bien essayer une moto d’occasion, il faut y aller franchement : accélérations brusques, freinage d’urgence, godille avec belles prises d’angle… Tout y passe !

Si vous n’êtes pas couvert, conseillez au vendeur de prendre contact avec son assureur moto qui lui proposera une formule temporaire.

Sinon, il faudra vous contenter de l’essayer comme passager.

LE JOUR DE L’ACHAT : ASSURER SA MOTO D’OCCASION

L’assurance moto du vendeur vous couvre le jour même de l’achat jusqu’à minuit.

Mais là encore, cette couverture ne vous protègera pas si le contrat prévoit un conducteur exclusif. Or c’est le cas de la grande majorité des assurances moto.

Donc, une fois votre moto achetée :

  1. Récupérez tous ses papiers : carte grisecertificat de cession et certificat de non-gage, mais aussi carnet d’entretien, factures, manuel, etc. Quitte à promener du papier… ;
  2. Muni de la carte grise, de votre permis et de votre relevé d’information, souscrivez immédiatement une assurance moto à votre nom. N’oubliez pas de l’imprimer si vous vous assurez en ligne ;
  3. Passez prendre votre moto (enfin !) ;
  4. Faites vos démarches de certificat d’immatriculation (changement de nom du propriétaire) directement en ligne.

QUELLES GARANTIES D’ASSURANCE POUR UNE MOTO D’OCCASION

Sauf à acheter une moto d’occasion très récente et encore bien cotée, une assurance moto formule minimum ou intermédiaire est suffisante.

Vérifiez bien le sérieux de l’assistance proposée : vous avez une moto d’occasion et devez pouvoir être dépanné efficacement en cas de panne. Assurez-vous aussi que l’assistance expédie les pièces détachées si vous rencontrez un problème mécanique loin de chez vous.

Enfin, évitez les clauses conducteurs exclusifs, vraiment incommodes, et complétez votre couverture avec, au minimum, l’individuelle conducteur.

Auprès d’un particulier comme d’un concessionnaire, l’achat d’une moto d’occasion s’accompagne inévitablement de formalités plus ou moins fastidieuses à accomplir. Démarches administratives, assurance moto, immatriculation… focus sur les points à ne pas négliger pour effectuer une vraie bonne affaire.

Réunir les papiers obligatoires du véhicule

Lors de l’achat d’une moto ou d’un scooter d’occasion auprès d’un établissement professionnel, le vendeur entreprend toutes les formalités administratives. Un service qui se répercute inévitablement sur le prix de vente, mais qui offre l’avantage de pouvoir circuler en toute légalité dès le moment de l’achat.

Autrement, dans le cas d’une vente entre particuliers, les démarches sont laissées à la charge de l’acheteur. A lui d’ouvrir l’œil pour que la vente s’effectue sans accroc. Aussi, il est recommandé de ne jamais conclure une offre avant que le vendeur ait présenté toutes les pièces administratives relatives au deux-roues. Ces documents sont en effet nécessaires pour rendre légale la vente et procéder à l’immatriculation de l’engin :

  • Le certificat de cession. Cette attestation disponible auprès des administrations ou sur le site Service-public.fr mentionne les spécificités de la moto d’occasion, y compris le kilométrage au compteur, ainsi que la date de la vente ;
  • Le certificat de situation administrative (ou certificat de non-gage). Délivré sous 15 jours par la préfecture, ce document atteste que le deux-roues n’est ni volé, ni mis en gage auprès d’un organisme tiers. Une véritable sécurité pour l’acheteur ;
  • Le certificat d’immatriculation (ex-carte grise). « Carte d’identité » de la moto ou du scooter, ce papier officiel doit être barré et porter la mention « Vendue le… » suivie de la signature du vendeur. Depuis 2009, un coupon détachable permet au nouvel acquéreur de circuler légalement pendant 1 mois, le temps de faire une nouvelle demande de carte grise.

Faire une demande de certificat d’immatriculation

La vente effectuée en bonne et due forme, l’acheteur dispose d’un délai d’1 mois (à partir de la date inscrite sur le certificat de cession) pour immatriculer sa nouvelle cylindrée et effectuer une demande de carte grise à la préfecture. Le dossier transmis à l’administration doit comporter les pièces justificatives suivantes :

  • L’ancien certificat d’immatriculation ;
  • Un justificatif d’identité ;
  • Un justificatif de domicile ;
  • Un chèque en règlement de la taxe due.

Selon le département de résidence et la puissance fiscale du deux-roues, le prix du certificat d’immatriculation peut être bien différent. Avoisinant une centaine d’euros pour les modèles les plus puissants, son coût est à inclure dans le budget total de l’achat. Le délai d’envoi sous pli sécurisé est lui aussi variable : il faut compter de 15 jours à 1 mois en fonction des zones géographiques. Par ailleurs, si la moto ou le scooter a été immatriculé après le 15 octobre 2009, inutile de changer de plaque d’immatriculation : celle-ci est valable à vie !

Choisir un contrat d’assurance moto

Dernière formalité avant de tracer la route au guidon de son nouvel engin : souscrire une assurance deux-roues. Tout comme il est nécessaire de protéger une voiture au moyen d’un contrat incluant – au minimum – une garantie responsabilité civile, les motards sont dans l’obligation de contracter une assurance afin de prévenir les dommages et sinistres éventuels.

Lorsqu’il s’agit d’un deux-roues d’occasion, il est le plus souvent avantageux d’opter pour un contrat « au tiers » ou « intermédiaire » : l’assuré bénéficie alors d’une protection de base à un prix bon raisonnable. Ces formules peuvent par la suite être complétées par diverses garanties complémentaires comme une protection vol ou incendie.

Enfin, pour gérer au mieux son budget, il est judicieux d’utiliser un comparateur d’assurances moto. Ce service en ligne est un moyen efficace de trouver rapidement des offres économiques et de souscrire ainsi une assurance moins chère.

 

Si vous avez la chance d’être l’heureux possesseur d’une moto ancienne ou de collection, vous savez que la question de l’assurance est primordiale. En effet, une machine d’exception mérite une couverture spécifiquement calibrée pour elle, adaptée à l’usage que vous en faites. 
Que vous comptiez changer de police d’assurance ou assurer votre première moto de collection, vous êtes au bon endroit. Mais alors, qu’est-ce qu’une assurance moto de collection ? En quoi est-elle différente d’une police classique ? Quelles sont les conditions pour y prétendre ?

Qu’est-ce qu’une moto de collection ?

Depuis 2009, une moto est dite « de collection » si elle a plus de 30 ans et que son possesseur peut attester de sa propriété. Afin de voir votre moto reconnue comme telle, il vous faudra demander un certificat d’immatriculation mentionnant le statut de « véhicule de collection », quelle que soit la cylindrée. La carte grise de collection s’obtient en préfecture, et le prix et le processus seront similaires à ceux d’un certificat d’immatriculation classique.

Si votre moto n’est plus dans le commerce, contactez la Fédération Française des Véhicules d’Époque afin de demander une attestation.

L’âge d’un deux-roues dépend de la date de première mise en circulation.

En ce qui concerne l’assurance de ces pépites, chaque assureur a sa propre définition et ses propres critères : pour certains, un véhicule de + 10 ans pourra être considéré comme une moto de collection si le modèle a marqué l’histoire ou est réputé « mythique », pour d’autres, il faudra que le modèle soit rare… En clair, personne n’a exactement la même définition, contrairement à l’automobile, où l’âge du véhicule est le critère quasi unique.

Même si les règles ne sont pas figées, une moto dite « ancienne » a quant à elle plus de 10 ans (mais moins de 30 ans, en toute logique). Il sera toutefois possible de l’assurer avec une police spéciale « moto de collection », puisque certains assureurs, comme Clavel par exemple, n’exigent pas que votre machine ait nécessairement 30 ans.

Certaines compagnies sont quant à elles plus regardantes. Par exemple, la Mutuelle des Motards n’accepte, pour sa couverture Collector, que les modèles d’avant 1970 ayant une carte grise collection :

Les différentes formules d’assurance moto de collection

Comme pour tout contrat d’assurance moto, vous avez le choix entre plusieurs formules plus ou moins sécurisantes en fonction de vos attentes, de la valeur de votre deux-roues et de votre budget. Chaque assureur propose ainsi une gamme complète de produits, destinés à vous conférer une couverture sur-mesure.

Globalement, l’on retrouve toujours :

  • Une formule « au tiers », c’est-à-dire que vous ne serez couvert que pour les dommages matériels ou corporels causés aux tiers, via la garantie Responsabilité Civile, qui est obligataire en assurance moto,
  • Une formule « intermédiaire » : qui comprend des garanties complémentaires comme une protection contre le vol ou l’incendie,
  • Une formule « tous risques », qui vous couvre également pour tous les dommages que vous pourriez subir du fait d’un accident (responsable ou non, ou lié à un événement extérieur type chute de branche ou verglas par exemple).

Le choix de l’une ou l’autre de ces formules vous appartient. En règle générale, vous seront également proposées des options destinées à compléter votre couverture ou celle de votre machine.

La plupart des assureurs proposent également des contrats spécifiques, comme par exemple des polices d’assurance temporaires (entre 1 et 90 jours) pour déplacer une moto d’exception, des assurances moto au kilomètre (ou « Pay As You Drive ») si vous ne conduisez que de manière très occasionnelle…

Afin de choisir votre formule d’assurance moto de collection au meilleur prix, n’hésitez pas à utiliser notre comparateur en ligne. Celui-ci est gratuit, 100% anonyme et très simple d’utilisation. L’outil vous permet d’accéder en quelques clics à une sélection des meilleurs devis du marché.

Les garanties essentielles de l’assurance moto de collection

C’est à vous de déterminer le niveau de couverture que vous souhaitez, en fonction notamment de la valeur de votre moto de collection, de l’usage que vous en faites et de vos habitudes de conduite.

A minima, vous devrez assurer votre véhicule au tiers, afin de bénéficier d’une garantie Responsabilité Civile lorsque vous le sortez, au cas où vous causeriez des dégâts à autrui. C’est une obligation légale pour tout deux-roues.

Ensuite, ce sera à vous de voir si vous souhaitez passer à la formule supérieure, en l’assurant par exemple contre le vol / l’incendie, qui sont les deux garanties complémentaires de la formule dire intermédiaire. À ce titre, votre moto sera souvent expertisée par l’assureur afin de déterminer le montant de la prime et d’avoir une base d’indemnisation en cas de sinistre.

Afin de bénéficier d’une couverture optimale, la meilleure solution reste de souscrire à un contrat d’assurance tous risques. Vous serez ainsi également couvert pour les dommages que vous subiriez en cas d’accident responsable ou non, ou même lorsqu’aucune responsabilité ne peut être engagée.

Chaque option que vous rajouterez fera gonfler le montant de la prime. L’idéal est d’aboutir à un contrat sur-mesure, spécialement calibré pour votre véhicule et l’utilisation que vous en faites (régulière, occasionnelle…).
Par exemple, vous pourriez ajouter (en option ou de base selon les formules) :

  • Une assistance 0 km, qui peut être utile tant les vieilles motos peuvent être capricieuses (sujettes aux pannes notamment),
  • Une option trajet-travail,
  • Une assistance juridique,
  • Une protection du casque / des équipements de motard (remplacement en cas d’accident),

Le prix d’une assurance moto de collection

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, une assurance moto de collection vous coûtera en général moins cher qu’une police d’assurance classique. Les prix pratiqués sur le marché sont assez compétitifs, à condition que vous remplissiez les conditions pour pouvoir y souscrire.

La raison est assez simple : les propriétaires de motos anciennes / de collection sont en général des passionnés soigneux et assurant un meilleur entretien de leur machine. En outre, la conduite est plus occasionnelle et raisonnée, ce qui en fait une population « moins à risques » pour l’assureur. Le taux de sinistralité est plus faible, par exemple, que pour les 125cm3 ou les motos hypersport, que ce soit en termes d’accident ou de vol.

En revanche, les franchises peuvent être plus élevées, car les pièces coûtent cher, souvent du fait de leur rareté.

Vous n’êtes absolument pas obligé, si vous possédez une moto considérée comme « de collection », de souscrire à une assurance dédiée à ce type de véhicule. Une assurance moto « classique » pourra faire l’affaire, même si, au vu du prix de l’assurance moto, cela n’est pas dans votre intérêt.

Certains assureurs proposent des tarifs préférentiels si vous faites partie d’un club ou d’une association, ou si vous assurez plusieurs véhicules chez eux (les assurances « flotte »).

Les conditions pour souscrire à une assurance moto de collection

Tous les assureurs n’ont pas la même définition d’une moto de collection. Les critères peuvent être la rareté du modèle, son âge, son caractère « mythique » ou historique… Parfois, la compagnie d’assurance mandatera un expert afin de déterminer du caractère d’exception de votre deux-roues.

Quoi qu’il en soit, et même si les conditions varient légèrement d’un assureur à l’autre, certains critères sont communs :

  • Vous devez avoir 21 ans,
  • Votre permis doit avoir au moins 3 ans,
  • Vous ne devez pas avoir déclaré d’accident depuis au moins 2 ans,
  • Votre véhicule doit avoir au moins 10 ans (au grand minimum),
  • Vous devez justifier de l’obtention d’une carte grise de collection (pour certains assureurs),
  • L’usage de cette moto doit être secondaire (vous devez avoir un autre véhicule principal pour vos trajets courants),
Les documents à remettre obligatoirement à votre acheteur sont au nombre de trois : carte grise, certificat de vente et certificat de situation. Mais il risque de vous en demander plus ! Vous pouvez lire ici la démarche à suivre pour vendre une moto entre particuliers.

assurance MUTUELLE DES MOTARDS

La référence des assurances des deux-roues